Nobles objectifs et défis de grande taille:
voilà la Lusophonie

par
Francine Charron

Étudiante du Mineur en langue portugaise et cultures lusophones de l'université de Montréal


Les langues latines ont eu dans l’histoire de majestueuses épopées. À Rome, la poésie épique nationale atteint son sommet au cours du Ie siècle av. J.-C., avec l'Énéide, de Virgile. La Chanson de Roland, une épopée emblématique et populaire fut écrite en français vers la fin du XIe siècle. Les italiens nous ont présenté trois grandes épopées littéraires:le Roland furieux (1516), de l’Arioste, Rinaldo (1562) et la Jérusalem délivrée (1581), du Tasse. L’une des épopées populaires espagnoles les plus célèbres est celle du Poème du Cid composé vers 1140 par les juglares, sorte de ménestrels espagnols. Et en langue portugaise nous avons Les Lusiades (1572) de Camões.

En effet, les Portugais, qui, par la découverte du cap de Bonne-Espérance, ont rendu l'Asie à l'Europe, sont aussi les premiers qui aient couronné par l'imagination l'alliance que l'industrie venait de renouveler. Ce peuple ne paraît qu'un moment dans l'histoire, et c'est pour accomplir ce miracle. L'œuvre achevée, il retombe dans le silence. Comme il n'a eu qu'un moment de splendeur, il n'a aussi qu'un poète, un livre. Mais ce poète est Camoëns, qui rouvre à l'imagination les portes de l'Orient; ce livre est celui des Lusiades, qui rassemble, avec tous les parfums du Portugal, l'or, la myrrhe, l'encens du Levant, trempés souvent des larmes de l'Occident. Pour la première fois, le génie poétique de l'Europe quitte le bassin de la Méditerranée; il rentre dans les océans de l'ancienne Asie. Sans doute, les souvenirs de la Grèce et du monde chrétien accompagnent le poète aventureux au milieu des flots qu'aucune rame n'avait encore effleurés. On peut même dire que, sous ces cieux brûlans, on retrouve dans ses stances brûlantes une angoisse qui ressemble au mal du pays. Les images, les regrets, les espérances, les fantômes divinisés, les Syrènes de l'Occident surgissent du fond des eaux. Ils se balancent autour du navire, et c'est pourquoi le poème de Camoëns est véritablement le poème de l'alliance de l'Occident et de l'Orient. Vous respirez tout ensemble les souvenirs de l’Europe et les tièdes senteurs de l'Asie dans ce génie qui est l'accord de la renaissance grecque et de la renaissance orientale. En même temps que vous entendez encore le murmure des rivages européens, l'écho du monde grec, romain, chrétien, vous entendez aussi retentir à l'extrémité opposée ce grand cri : Terre ! qui fit tressaillir le XVe siècle au moment des découvertes des Indes et des Amériques; vous sentez à chaque vers que le vaisseau de l'humanité aborde des rivages depuis long-temps attendus; vous aspirez des brises nouvelles, qui enflent la voile de la pensée humaine; et les cieux des tropiques se mirent dans le flot le plus pur du Tage (Quinet, Edgar. "La renaissance orientale 1". Revue des Deux Mondes, tome 28, 1841).

Suite à la conquête de Ceuta en 1415, se succèdent de multiples découvertes dans l’atlantique et sur les terres africaines permettant à Vasco de Gama de suivre sa route jusqu’en Inde et à Pedro Álvares Cabral d’atteindre le grand Brésil. Ces conquêtes ont laissé des vestiges culturels importants dans les cinq continents. Ces faits permirent à Luís Vaz de Camões, le plus grand poète portugais universel et humaniste de la Renaissance, de chanter et d’exalter avec son génie les exploits portugais dans Les Lusiades. Il y parle de l’origine de la formation du nom «Lusitania» qui proviendrait d’un personnage mythologique nommé Luso, pasteur, fils ou descendant de Baco. C'est à vous que je m'adresse générations de Lusus, dont la part est si modeste dans le monde... À vous Portugais, aussi forts que vous êtes peu nombreux (Camoens, in Les Lusíades, X, 152). La Lusitanie était une province romaine de la péninsule ibérique (Ve siècle A.C).

Aujourd’hui la Lusophonie est le fruit de l’héritage d’une grande nation, pionnière dans l’expansion maritime. Camões écrivit le portugais tel que nous le parlons à l’ heure actuelle. Il est non seulement le fondateur d’une identité culturelle mais le fondateur de cette langue portugaise, si guerrière et si molle, si retentissante et si naïve, si riche en voyelles éclatantes, qui ne paraisse un interprète, un truchement naturel entre le génie de l'Occident et le génie de l'Asie orientale. Mais ce qui fait le lien de tout cela, est-il besoin de le dire? C'est le cœur du poète; c'est ce cœur magnanime qui embrasse les deux mondes et les unit dans une même étreinte de poésie, dans une même humanité, un même christianisme. Vous retrouvez partout une ame aussi profonde que l'Océan, et, comme l'Océan, elle unit les deux rivages opposés. (Quinet, Edgar. "La renaissance orientale 1". Revue des Deux Mondes, tome 28, 1841)..

Aujourd’hui, le portugais c’est une langue et différentes cultures et c’est une grande richesse. C’est une langue où il y a une musique de fond commune: la mer. Une langue est le lieu d’où l’on voit le monde et où se tracent les limites de notre penser et de notre ressentir. De ma langue, on voit la mer, écrit l'écrivain portugais Vergílio Ferreira.

Le concept de Lusophonie est récent ainsi que son histoire. L’OUA (Organisation de l’Union Africaine) dont les objectifs principaux sont la liberté, la justice, l’égalité et la dignité fut créée le 25 mai 1963. Cinq pays africains s’inspirant de l’OUA créent en 1986 les PALOP (Pays Africains de Langue Officielle Portugaise) dans le but de faciliter leur inclusion sociale. Regroupés ensemble, ces pays ont plus de pouvoir dans leurs relations commerciales avec les pays membres de l’ UE (Union Européenne). En 1996 naît la CPLP (Communauté des Pays de Langue Portugaise). Aujourd’hui les pays en faisant partie sont : Angola, Brésil, Cap Vert, Guinée-Bissau, Mozambique, Portugal, Saint Thomas et Principe et le Timor Oriental. L’organisation vise à promouvoir un projet politique dont le fondement est la langue portugaise, lien historique et patrimoine commun des huit. Le portugais, langue de communication internationale fait partie des quatre grand blocs politico-économiques du monde actuel: l’UE, l’ OUA, la SADC (Communauté des pays de l’Afrique Australe) et le Mercosur (Marché Commun du Sud). Dans ces organisations, le portugais est considéré une des langues officielles et une langue de communication internationale avec le français.

Selon Luís Aguilar (Lusofonia: Os Quatro Novos Mundos do Mundo), il existe quatre mondes dans l’univers lusophone. Le premier évidemment englobe les huit pays membres de la CPLP. La diaspora portugaise en est le deuxième. 4, 806, 353 personnes et 2 millions de brésiliens éparpillées aux quatre coins du monde ont amené leur langue et leur culture. Sont inclus dans ce monde ceux qui ont quitté le Brésil, le Cap Vert, la Guinée, le Mozambique, l’Angola, le Timor Oriental et Saint Thomas et Prince et qui ont conservé leur langue et propagé leur culture dans le nouveau pays d’adoption. Que dire des ex-colonies portugaises qui constituent le troisième monde. Il s’agit de Goa, Damão et Diu en Inde, de Macau, Malaca, Aruba, des Antilles Neerlandaises, des Iles Vierges de Porto Rico, Molucas, les Kristang de Malaysie, les catholiques du Japon et les communauté luso-chrétiennes du Sri-Lanka. Aussi la Galice et l’Olivence en Espagne continuent à maintenir des relations émotionnelles avec le portugal. Dans tous ces endroits qui firent partie de l’un des plus grand empire de l’époque coloniale et où les portugais ont laissé des vestiges culturels importants, il y subsiste des bastillons de la langue portugaise. Le quatrième monde de l’univers lusophone intègre tous les lusophiles qui se dédient à l’apprentissage de la langue et ou à l’étude des cultures lusophones. Un autre modèle pour la lusophonie nous propose le linguiste brésilien Silvio Elia englobant les nouveaux pays et les anciennes colonies qui adoptèrent le Portugais comme langue officielle: La Lusitanie Ancienne (Le Portugal), La Lusitanie Nouvelle (Le Brésil), La Lusitanie Très Nouvelle (Les pays africains lusopones auxquels on ajoute le Timor), La Lusitanie Perdue ( Les anciens territoires comme Goa, Macao et les autres en Asie et en Afrique), La Lusitanie Dispersée (La diaspora éparpillée dans le monde). A ce nouveau modèle lusophone, nous pourrions y ajouter: La Lusitanie Lusophile.

Aujourd’hui les locuteurs de Portugais forment une population de 233 millions de lusophones. Le portugais est la cinquième langue maternelle plus parlée au monde, la troisième langue de communication internationale, après l'espagnol et l'anglais. Actuellement la langue portugaise de près de 4% de l’humanité atteindra 10% d’ici un peu plus d’une génération.

La Lusophonie ne peut se comparer aux autres organisations comme la francophonie, le Commonwealth, l’hispanophonie ou encore l’arabophonie. C’est un mouvement récent émergeant de la décolonisation portugaise tardive. Elle ne peut se comparer aux autres mouvements sociolinguistiques à cause de la fragilité de son fonctionnement et sa faiblesse dans la poursuite des objectifs qu’elle désire atteindre. Cette situation est due au fait que la majorité des peuples lusophones sont des pays très pauvres et ou détruits par des guerres coloniales d’abord et civiles ensuite.

Les objectifs de la Lusophonie par le biais de la CPLP sont très louables mais le défi est immense. L’organisation est régi par de nobles principes: égalité de ses membres, la non ingérence, le respect de l’identité nationale, promotion de la paix, des droits humains, de la justice sociale etc... En plus de la promotion et de la diffusion de la langue, elle vise une concertation politico démocratique entre ses états membres et une coopération dans tous les domaines: éducation, culture, santé, technologie, justice etc... La vision de la lusophonie est-elle utopique et ses rêves sont-ils réalisables? Pour quelques auteurs, la Lusophonie culturellement s’insère dans le contexte du Ve Empire. Il s’agit d’une vision sur les relations d’amitié et d’enrichissement culturel entre les différents interlocuteurs de l’univers lusophone. Prophétisé par Banderra, plus tard développé par António Viera et plus récemment, c’est un thème privilégié de Fernando Pessoa dans sa quête spirituelle qui pourrait peut-être éventuellement atteindre une culture universaliste et spirituelle.

Un tour d’horizon de statistiques assez récentes sur les cinq pays d’Afrique de la CPLP et sur le Timor oriental nous confronte avec l’ampleur des nombreux défis à relever. Le tableau suivant présente des données comparatives sur l’ Indice d’ Alphabétisation, le PIB (Produit Interne Brut), l’ IDH (Indicateur de Développement Humain) et du TIC (accès aux Technologies de l’ Information et de la Communication).

Pays

Drapeaux

Índice

Alphabétisation
Hommes-femmes

PIB

(Produit Interne Brut)
rang

IDH

(Índice de développement Humain)rang

TIC
(Technologies
Information
Communication)
Angola
66,8
(82,1-53.8)
109
160
0,11 (faible)
Brésil
88,4
(88,4-88,4)
70
63
0,50 (bon)
Cap Vert
75,7
(85,4-68)
91
105
0,39 (médio)
Guinée-Bissau
53,9
(67,1-40,7)
172
172
0,10(faible)

Mozambique

46,5

(62,3-31,4)

163

168

0,12 (faible)

Portugal
92
(95-90)
31
27
0,65 (bon)
São Tomé e Príncipe
73
(85-62)
155
126
0,23 (faible+)
Canada
99
8
4
.78

L'IDH est un indice composite, calculé par la moyenne de trois indices quantifiant respectivement : la santé /longévité (Espérance de vie), le niveau de vie (PIB), le savoir ou niveau d'éducation (Taux d’alphabétisation). Comme on le constate, l’IDH est relativement haut au Portugal et bas au Brésil et très bas dans les autres pays, où des milliers de personnes tentent de survivre dans les plus dures conditions de vie et de travail. Tant qu’ TIC, indice universel visant à classer les pays en fonction de l'accès aux technologies de l'information et de la communication, les résultats sont très similaires à ceux de l’ IDH. Les défis à remonter sont donc immenses. Les problèmes auxquels doit faire face la CPLP sont surtout liés aux difficultés matérielles et économiques que vivent ces pays en voie de développement.

Une langue commune est le premier pas pour pouvoir rêver et théoriser un univers lusophone. Mais cet objectif visé rencontre de nombreux embâcles. Seulement dans trois pays de la CPLP (Portugal, Brésil et Angola), le portugais est la langue maternelle parlé par une majorité de la population et dans les autres c’est une langue seconde que l’on enseigne. Dans les cinq autres pays les langues maternelles sont des créoles portugais et des langues africaines et asiatiques. Dans ces pays en voie de développement qui vivent des difficultés matérielles et économiques immenses, pour améliorer cette situation, il sera absolument nécessaire dans l’avenir d’augmenter le niveau d’alphabétisation. Et pour atteindre cet objectif, c’est une roue qui tourne. Il faudra diminuer le niveau de pauvreté, augmenter l’espérance de vie , l’accès aux technologies et à l’information etc... Rappelons nous ce dicton: ventre affamé, n’a pas d’oreilles. Aussi les pays lusophones d'Afrique connaissent de sérieux problèmes de concurrence linguistique. Ce sont tous des pays enclavés par des États dont la langue officielle est l'anglais (Angola et Mozambique) ou le français (Guinée-Bissau, Cap-Vert, St Thomas et Príncipe). Aussi il fut reproché aux PALOP et à la CPLP de manquer de discipline ou encore de corruption à l’intérieur de ces organisations. Si on remédiait à ces problèmes peut-être que des projets concrets serait plus faciles à réaliser. Aussi, comme l'unité de la langue a fait l'unité du Brésil, aussi la diffusion de la langue est la condition de l'unité des nouveaux peuples africains. Donc les premières préoccupations de la Lusophonie, doivent être de se dédier aux questions de langues, de son enrichissement, de sa défense, de sa diffusion et de son enseignement. Elle devra trouver des moyens concrets pour que tous les enfants africains lisent et écrivent le portugais et puissent un jour savourer la beauté de sa prose et la richesse de sa poésie. La Lusophonie n'en est qu'à ses premiers pas. La consolidation de la Lusophonie dans les pays africains se fera d'une façon lente, mais elle se réalisera. Chaque jour, il naît de nouvelles organisations, fondations ou associations, soit privées ou officielles, dans les huit pays qui refont les liens entre ces huit que ce soit au point de vue culturel, politique ou économique. Le Dicionário Temático da Lusofonia en mentionne une quinzaine (publicistes, ingénieurs, agronomes, journalistes etc... et ce au niveau international) qui se joignent aux Académies des Lettres et des Sciences du Brésil, à l'Institut Camões e à la Fondation Calouste Gulbenkian. Dans le domaine des communications, la radio et la télévision nationales et internationales unissent tous les lusophones. Plusieurs objectifs de la Lusophonie ont déjà été réalisés, il est en reste encore de nombreux à finaliser mais les défis en valent la peine et l'espoir prévaut.

Oui les objectifs de la lusophonie sont louables et immenses. Les défis sont très nombreux, mais ils laissent place à l’optimisme et ses grands rêves ne sont probablement pas une utopie. La signification des drapeaux de plusieurs pays de la CPLP, en plus de faire référence à l’Histoire, laisse une place à l’optimisme, à l’enthousiasme et à l’ouverture. La machette et le segment de roue dentée du drapeau de l’Angola symbolisent l'union des paysans et des ouvriers. Les cinq branches de l'étoile représentent l'unité, la liberté, la justice, la démocratie et le progrès. Le cercle de celui du Cap Vert souligne à la fois la vocation unitaire de ces îles et leur ouverture au monde. La ligne rouge, voie du progrès , symbolise la ferveur au travail de la population dont la volonté pacifique est signifiée par le blanc. Le vert du drapeau de la Guinée-Bissau évoque les mangroves et la forêt tropicale mais aussi l'espoir d'un avenir meilleur ( la Guinée-Bissau fait en effet partie des cinq pays les plus pauvres du monde). Le jaune symbolise le soleil et l'espérance de prospérité du pays qui, par manque d'infrastructures, ne parvient pas à exploiter totalement ses richesses naturelles (bauxite, phosphates). Le jaune de celui de Saint Thomas et Principe symbolise les roças, ces grandes exploitations de cacaoyers mises en place dès 1900 et source de 90 % des recettes à l'exportation. La luxuriante végétation, les jungles montagneuses qui caractérisent la flore de ces îles, dans le golfe de Guinée, sont représentées en vert. L'étoile blanche à cinq branches du drapeau du Timor Oriental est le guide astral qui mène le peuple vers son avenir. Pour celui de la Mozambique, la houe et le livre ouvert, respectivement symboles de la défense et de la lutte armée, de la productivité et de l'étude. Le blanc est une allégorie de la justice et de la paix. Quant au Brésil, la devise nationale, Ordre et progrès , se lit sur la banderole représentant la ligne de l'équateur et sur le drapeau du Portugal le vert représente l’espoir.

En guise de conclusion, que représente à notre égard la Lusophonie? C'est dans une seule langue unissant plusieurs cultures que se trouve la plus grande richesse de la Lusophonie. La langue de l'oppression coloniale s'est transformée en langue de libération nationale. C'est une langue de grande poésie et de grande littérature. Au Portugal c'est celle de Camões et de Pessoa. Mais il y a aussi les Brésiliens Drummond de Andrade e Joao Cabral de Melo Neto, les angolais Luandino Vieira e Pepetela, les mozambicains José Craveirinha e Mia Couto et le Capverdien Germano de de Almeida. Et que dire de Jose Saramago? Le prix Nobel de littérature lui a été attribué en 1998. C'était la première fois qu'il était décerné à un auteur de langue portugaise. L'œuvre romanesque de José Saramago est tout imprégnée d'histoire, qu'elle remanie et interprète dans un registre qui n'est pas sans faire écho au réalisme magique. On dit d'ailleurs de lui qu'il est le plus « latino » des auteurs européens, tout comme on le compare à ce monument littéraire national qu'est Pessoa. Peu importe les comparaisons, les fictions de José Saramago sont de puissantes fables philosophiques, de fabuleuses allégories de la condition humaine portées par une écriture qui coule à flots, se déployant en de longues phrases baroques. (Nobelprize.org). Son importante œuvre romanesque, traduite en plus de 30 langues et vendue à quelque 3,5 millions d 'exemplaires, perdurera bien au-delà de la vie de son auteur et fera histoire.

 

Références

Aguilar Luís:Lusofonia: Os Quatro Novos Mundos do Mundo

Aguilar Luís: A Lusofonia è uma cultura de Língua portuguesa
Aguilar Luís:Da Comodidade Lusitana à Comunidade Portuguesa de Montreal, com Saudades do Futuro

Aguilar Luís, De Almeida Apparecida: Le portugais est une langue internationale, Monsieur Bourgault.

http://teiaportuguesa.com/

Ciberdúvidas da Língua Portuguesa

Alegre Manuel: Uma língua e differentes culturas, Março de 2003

Dicionário Temático da Lusofonia: Textos Editores, www.textoeditores.com

Le Lusographe 1
Bednar Sylvie: DRAPEAUX Un Drapeau, Un Pays, Une Histoire, Editions de la Martière, 2007
Le Lusographe 1
Leclerc Jacques, « Portugal » dans L’aménagement linguistique dans le monde
http://teiaportuguesa.com/
Encyclopédie Encarta

Wikipedia
http://pt.wikipedia.org/wiki/Lista_de_pa%C3%ADses_por_%C3%8Dndice_de_Desenvolvimento_Humano
http://pt.wikipedia.org/wiki/Lista_de_pa%C3%ADses_por_PIB_nominal_per_capita
http://fr.encarta.msn.com/encnet/refpages/RefArticle.aspx?refid=761552645&pn=1



Montréal, janvier 2008